La Bête Humaine : chemin de fer et thriller par Emile Zola

La Bête Humaine : le thriller naturaliste de la saga des Rougon-macquart

En 1890 parait (déjà) le dix-septième roman de la série les Rougon-macquart, « La Bête Humaine » qui devait s’achever trois ans plus tard avec le calme et rempli d’espoir « Le Docteur Pascal« . Emile Zola continue à fouiller son époque, à la recherche d’une vérité qui n’est pas toujours bonne à dire. Cette fois-ci, ce n’est pas tant les bouleversements qui affectent la société du 19ème siècle que la tare héréditaire de la famille des Rougon-macquart qu’Emile Zola a envie de mettre en exergue dans cet épisode. Il raconte une histoire écrite comme un drame policier.

La Bête Humaine : l’histoire de Jacques

Jacques Lantier conduit la Lison, une locomotive qu’il considère comme une femme à part entière. C’est peut-être bien le seul endroit où Jacques se sent bien. Depuis l’enfance, de violents maux de tête lui pourrissent l’existence et ces troubles se sont développés encore plus à l’adolescence. Jacques est un homme fragile qui a hérité des effets des excès d’alcool de ses parents Gervaise et Auguste, personnages miséreux de « L ‘Assommoir« .

Il est très proche de sa cousine Flore pour laquelle il nourrit un désir certain. Mais ce désir charnel est accompagné d’envie de violence, de meurtre, qu’il a du mal à réfréner. Il y parviendra pourtant. Mais ses pulsions continuent de l’accompagner notamment dans sa relation avec Séverine Roubaud, la femme du sous-chef de gare du Havre.

Si Flore a réussit à échapper à ce tueur en puissance, Séverine n’aura pas la même chance…

Lisez la chronique du roman d’Emile Zola, « La Bête Humaine » sur le site entièrement dédié à la saga romanesque les Rougon-macquart : www.emile-zola-les-rougon-macquart

Egalement sur La Bête Humaine : chemin de fer et thriller par Emile Zola
Laisser un commentaire
*