L’exposition ‘Where It’s At’ sur Londres – à ne pas manquer!

Lors de votre prochaine visite dans la capitale anglaise, ne manquez surtout pas l’exposition « Where It’s At! ». Cette dernière vous permettra de découvrir l’origine des courants musicaux anglais ainsi que les événements marquants de la scène musicale dans la région. N’oubliez pas votre plan de Londres afin de pouvoir vous y rendre sans aucun souci.

Très éducative, la section sur les faits divers, les lieux de naissance, les salles de concert et les festivals réjouira les visiteurs de tous âges. Si vous parlez aux vrais fans de musique, ils ont tous en tête un concert auquel ils auraient aimé être présents.

Dans la section « The Beat Goes On », ils peuvent remonter le temps et revivre les concerts mythiques des 60 dernières années, en compagnie de groupes comme les Rolling Stones, David Bowie, Led Zeppelin, Radiohead, Oasis ou The Clash, pour n’en citer que quelques-uns. Dans le cadre d’une formule unique en son genre, ils peuvent revivre aussi bien des petits concerts organisés pour des occasions spéciales, que les concerts dans les grands stades.

Pour pouvoir approfondir l’histoire de la musique britannique, le musée a divisé les 60 dernières années en sept phases mémorables, retraçant les groupes, la culture et les tendances de chaque époque.

Par exemple, la première correspond à l’après-guerre et aux années 1945-1962. Basés en Europe, les GI ont fait revivre la musique des « big band », le jazz Dixieland et de la Nouvelle-Orléans qui sont devenus la signature sonore des night-clubs de Londres. À la même époque, on assistait également à un renouveau du folk-blues, encourageant les jeunes musiciens à fonder leur propre groupe. Le changement le plus marquant dans la musique de l’époque fut sans aucun doute les années délirantes de la naissance du rock ‘n’ roll qui démarrent au milieu des années 50, avec des artistes tels que Bill Haley, Elvis Presley, Chuck Berry et Little Richard. Cette révolution musicale apportait bien sûr un son tout neuf, mais il était inséparable de la libéralisation des mœurs et du renouveau économique marquant cette époque.

Les artistes prestigieux des années 1970-1976 à la personnalité marquante servaient d’exutoire à la profonde crise économique qui secouait alors la Grande-Bretagne. Juchés sur des chaussures extravagantes avec des semelles d’épaisseur démesurée et maquillés à outrance, ils cherchaient un look androgyne qu’on retrouve chez les transfuges de David Bowie.

Egalement sur L’exposition ‘Where It’s At’ sur Londres – à ne pas manquer!
Laisser un commentaire
*